Les nouvelles de la presse d'entreprise francophone

Les premières traces de l’utilisation de la pierre à plâtre remontent à 6222 avant JC – on le sait grâce à sa découverte en Turquie, où il a été relevé la présence d’enduits de chaux et de plâtre comme support de différentes peintures murales et fresques. Aux environs de 2822 ans avant Jésus Christ, l’Egypte ancienne se fait observer avec son usage du plâtre au cours de la construction des majestueux édifices que sont les pyramides ; ce fut là l’autre grand premier usage du plâtre. Les archéologues ont fait la découverte de l’usage de plâtre en tant que liant des pierres de la grande pyramide, et également en tant que support de l’ensemble des peintures funéraires au sein des tombes. En ces temps, se trouvait être grandement répandu d’avoir usage au plâtre. Les masques funéraires égyptiens, qui sont destinés à habiller les momies, étaient en fait en plâtre et en stuc, comme vient le prouver le département des antiquités égyptiennes du Louvre.|Tel que vient le prouver le département des antiquités égyptiennes du Louvre, les masques funéraires égyptiens

Etant considéré comme un vrai matériau pour la construction au moyen-âge, le plâtre remplace le torchis. Les murs des maisons sont enduits de plâtres et de chaux, les plafonds sont faits avec du bois et du plâtre. l’extraction, la fabrication, le commerce et le transport du plâtre est assurée par l’inscription d’à peu près 12 plâtriers en 1292, et l’exploitation de 18 carrières en région parisienne est en outre mentionnée par une charte royale. La porte Blanche, en plus de la rue Blanche doivent d’ailleurs leurs noms à la pierre blanche. Afin de faire le renforcement de la protection incendies des maisons en pan de bois, la généralisation du revêtement fait en plâtre a été fomenté par un édit, après l’incendie de Londres en 1662.

Moulures, colonnes, chapiteaux, décors de cheminée ou d’escalier, de multiples ouvrages en staff et en stuc viennent décorer les plafonds et les murs des maisons et, tout particulièrement, des hôtels particuliers à partir de la période de la Renaissance. Peu importe l’époque, le plâtre demeure également la matière première basique des sculpteurs, de par ses capacités à prendre de manière docile toutes les formes de leur création. Les témoignages sont nombreux, de manière plus spécifique au XIX°.

Dans la restauration, dans le but de reconstituer les parties usées d’un édifice, ou pour procéder à la reproduction d’œuvres d’art, les procédés de moulage et d’estampage en plâtre sont très sollicités. En outre, via des moulages, des prises d’empreintes, des assemblages, le plâtre vient constituer un matériau de pédagogie aux multiples possibilités pour découvrir à tout âge les différents arts plastiques. L’exploitation est déplacée en dehors des villes seulement au début du 19e siècle, même si durant l’ensemble de ces siècles, les manœuvres pour extraire du gypse se font principalement de manière artisanale, sur le flanc de la colline, puis en galerie, accompagnant une cuisson au feu de bois et un concassage manuel. La naissance d’un nouveau métier, qui a été baptisé plaquiste, a pu se faire grâce à la croissance de l’utilisation de la plaque de plâtre, qui dépasse aujourd’hui les 322 millions de mètre carré par an.

Notice sponsorisée par moulure murale

Archives
Catégories